Lost in translation avec mon majordome personnel... - Voyages & Hôtels de rêve
Share

Dans la peau d’un VIP

 

Lost in translation avec mon majordome personnel

 

Par Kareen Perrin-Debock

 

Tokyo, ses buildings, ses néons, ses foules frénétiques et son hôtel 5 étoiles Seiyo Ginza. A peine la porte du taxi ouverte, voilà une petite bombe japonaise montée sur ressort et avec un drôle de queue de pie qui me saute dessus. Binnnjour ! My name is Noriko, I will be your personal Butler during your stay with us. What can I do for you ?”. Euh, comme ça à chaud, après 12 heures de vol depuis Paris et 2 heures de taxi pour venir de l’aéroport, à cette demoiselle gants blancs, eh bien je ne sais pas trop quoi lui demander… Ah si tiens ! Et pourquoi ne pas me montrer ma chambre ?


8a1w6363

 

Dans les couloirs des grands hôtels, on trouvait jadis des rats d’hôtels ! Un joli nom pour l’une des vieilles professions au monde. S’il y a toujours les femmes de chambres avec leurs chariots surchargés de serviettes pelucheuses et d’échantillons en pagaille, la nouveauté depuis quelques temps, c’est le grand retour des majordomes. Tout en raideur et en queue de pie, à même de vous trouver un flacon de dissolvant en pleine nuit ou une place pour le concert de Madonna du lendemain soir : ils sont là pour vous simplifier la vie et faire en sorte que votre séjour ressemble à une promenade de santé dans une vallée de roses…

 

 butler

 

Vous venez d’arriver, prenez une douche rapide pour dissiper les remugles de l’avion et filez prendre vite un club sandwich au bar. En remontant dans votre chambre une demi-heure plus tard, au lieu de l’invraisemblable foutoir que vous aviez déjà réussi à mettre en seulement quelques minutes, vous retrouvez un havre de paix tel un pavillon de banlieue après le passage de Valérie Damidot : plus un string ne traine, les mules sont toutes alignées dans le dressing aux côtés de vos 12 t-shirt et 15 pantalons et vos dossiers sont au cordeau sur le bureau !

 

 champagne

 

Mais la magie des Personal Butler ne s’arrête pas là. En plus d’être capable de ranger vos affaires par couleur comme dans les boutiques Benetton, ils sont sur tous les coups, toutes les difficultés : anticipation, anticipation, voilà leur devise ! Un bouton qui saute, pas de problème vous trouvez le nécessaire à couture dans le tiroir de votre table de nuit et là, oh miracle, les aiguilles sont déjà été enfilées, avec des fils reprenant les couleurs dominantes de votre garde-robe de voyage. Une manucure à faire retoucher en pleine nuit, ils vous trouvent du dissolvant illico tout en vous prenant rendez-vous au « Nail Bar » le plus proche dès poltron minet. Un ordinateur qui tombe en panne ? Trop facile ! Un chargeur de téléphone oublié ? Pffffffftttt, les doigts dans le nez. Et l’apothéose du personal butler s’apprécie toujours à la fin du séjour, lorsqu’en rentrant d’un rendez-vous ou de la plage, vous trouvez vos bagages faits avec vos vêtements impeccablement pliés. Et là, devant tant d’attentions, vous voilà généralement pris de remords, presque gêné par leurs offres de services incessantes durant tout le séjour et ne sachant jamais trop quoi leur demander, vous sentez bien que vous n’avez pas été à la hauteur de leurs compétences, que vous n’avez pas su occuper votre majordome personnel comme il se devait. Alors, au moment des adieux, vous n’avez plus qu’une seule envie, le ramener chez vous, parce que là au moins, vous saurez quoi lui demandez !

 

 breakfast_med

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
Bannière Bannière
Bannière