Share

Virginie Ledoyen

 

Confessions d’une grande voyageuse…

 

 

Propos recueillis par Jean-Pascal Grosso

 

 

Elle a tourné sous la direction d'Olivier Assayas, de Claude Chabrol, de James Ivory et de Danny Boyle. Aussi à l'aise dans le drame que dans la comédie, Virginie Ledoyen s'est bâtie une filmographie riche autant que surprenante. Après L'Emmerdeur de Francis Veber, changement de cap : elle joue la femme d'un grand résistant dans l'édifiant L'Armée du crime de Robert Guédiguian. Star, égérie et maman, elle s'offre encore le temps de vivre son autre grande passion : les voyages. Un entretien exclusif.


bon voyage


 

Comment passe-t-on d'une comédie signée Francis Veber à un très sérieux film-hommage à la Résistance de Robert Guédiguian ?

Virginie Ledoyen : Très simplement. Robert m'a appelée en disant qu'il voulait me rencontrer. Nous nous sommes vus très vite et il m'a présenté le projet de L'Armée du crime. Je connaissais déjà l'histoire de Manouchian, ce drame qu'avaient vécu les résistants de « L'Affiche rouge », un sujet particulièrement fort. La suite s'est faite de manière presque évidente : j'ai dit oui et le film s'est tourné. Ca tombait bien : ça faisait longtemps que je voulais travailler avec Guédiguian... !

 

« Ca faisait longtemps que je voulais travailler avec Guédiguian »

 

Pensez-vous avoir fait un acte artistique « engagé » avec ce film ?

V.L. Oui, mais en même temps, c'est une période de l'histoire qu'on connaît tout de même assez mal. C'est étrange, vous savez, de jouer des personnages qui ont réellement existé, qui ont des descendants... Pour moi ce sont des héros, des héros très modernes. Des hommes et des femmes qui n'étaient pas Français mais qui ont combattu et se sont sacrifiés pour une certaine idée de la France. C'était d'une grande noblesse. Qui plus est, ils avaient tous un parcours différent et étaient tous très jeunes. C'est quelque chose d'admirable !

 

 la doublure

 

Guédiguian explique que le thème de son film reste très contemporain...

V.L. Absolument ! L'Armée du crime traite de l'engagement, de l'identité, de l'amour, de l'humanisme… On peut faire des parallèles avec aujourd'hui et c'est pour cela que le film ne fait pas « daté ».

 

Vous semblez à la fois plus sélective et posée  dans votre carrière. Comment expliquez-vous cette évolution?

V.L. J'ai eu la chance toujours pouvoir travailler avec des metteurs en scène qui me plaisaient beaucoup et, en même temps, très exigeants. J'ai été très gâtée : ce sont eux qui sont venus vers moi et les films se sont assez bien enchaînés. Etant maintenant comédienne depuis longtemps, je suis devenue plus calme. J'aime bien l'idée de vieillir. Ce métier que j'aime devient moins angoissant. On se connaît mieux, ce qui permet d'aborder encore plus de rôles. Les personnages « de mon âge », je les trouve finalement plus riches que ceux qu'on me proposaient lorsque j'avais vingt ans. Terminé le temps où j'étais la « petite jeune » dans la distribution !

 

« J’aime bien l’idée de vieillir »

 

Le cinéma, ça permet, idéalement, de pouvoir voyager ?

V.L. Pas mal depuis La Plage ! Il y a eu Taiwan, pour lequel j'ai eu droit à un visa de travail, la Thaïlande, la Tchécoslovaquie souvent, l'Ukraine...

 

 la plage 2

Un pays de prédilection ?

V.L. Le Japon, bien que je n'y aie jamais tourné. Voilà un pays qui, réellement, me fascine ! Dès que j'en ai l'occasion, j'y vais. C'est l’un des rares endroits au monde où on se sent parfaitement dépaysé. C'est une culture très hermétique, mais les Japonais cultivent également une politesse et un art de vivre ahurissants.

 

« Le Japon, voilà un pays qui réellement me fascine ! »

 

Au contraire, la destination qui ne vous fait pas fantasmer du tout?

V.L. L'Allemagne ! En même temps, ça doit faire fantasmer peu de gens... Ou le Mexique, encore. Pas à cause de la grippe, j'ai juste un à priori que je ne saurais expliquer.

 

Trouvez-vous le temps de visiter un pays étranger dans lequel vous tournez?

V.L. Généralement oui. Un tournage à l'étranger, ça dure souvent longtemps. Tout dépend aussi de ce que vous appelez « visiter » : je ne suis non plus pas du genre à écumer toute la journée les musées et les monuments. J'aime vivre à l'heure d'un pays, connaître les gens, arpenter les quartiers. Alors, quand on passe plusieurs mois quelque part, on prend un rythme de vie différent, ce qui permet de découvrir les choses autrement qu'en ayant le nez collé à son appareil photo… Je suis aussi très intriguée par la nourriture. Un petit bistrot et c'est déjà un dépaysement ! C'est pour cela, par exemple, que j'adore l'Italie...

 

 la doublure 2

 

Etes-vous plutôt quatre étoiles ou sac à dos?

V.L. Pas tellement sac à dos. J'adore les hôtels, et j'adore en changer. Pas forcément des quatre étoiles, même si j'aime beaucoup aussi. J'ai la bougeotte, lorsque je voyage : un jour là, trois jours ailleurs.

 

« J’ai la bougeotte, lorsque je voyage : un jour là, trois jours ailleurs… »

 

Votre plus beau souvenir de voyage?

V.L. J'en ai tellement... J'adore New York, même si cela peut sembler une destination « lambda ». Surtout le uptown. Je descends dans un très vieil hôtel pas du tout branché, à deux pas de mon restaurant préféré là-bas, le Cipriani, au pied de Central Park. Cela fait quinze ans que je vais à New York et c'est toujours les mêmes serveurs : on se croirait dans un film de Scorsese ! Sinon, il y a aussi Florence, Rome, Taiwan...

 

Vos envies actuellement ?

V.L. En ce moment, j'ai très envie de connaître le Kenya. Je connais mal l'Afrique, à part la Côte d'Ivoire et le Sénégal. J'ai envie de faire un grand voyage qui ne soit pas nécessairement « urbain ». J'ai faim de grands paysages, de nature, alors qu'avant je n'en avais pas grand chose à faire...

 

La maternité a-t-elle beaucoup changé votre manière de voyager ?

 

V.L. Forcément, mes voyages se décident de plus en plus en fonction des vacances scolaires. C'est vrai que cela ôte quelques coups de tête. Ma fille grandissant, j'essaye de la faire voyager. Là, je viens de l'emmener une quinzaine de jours en Thaïlande. A 8 ans, elle a l'âge où elle peut appréhender un pays autrement que par le jeu ou la baignade. Les voyages désormais, je les prépare en pensant à elle. En Thaïlande, nous avons passés deux jours à Bangkok puis ensuite, direction le sud. De Phuket, nous avons pris un bateau et fait le tour des îles. C'était paradisiaque ...

 

 mes amis mes amours

 

Finalement voyager, est-ce l’aventure ?

V.L. Comme j’ai déjà voyagé dans pas mal de pays, il est vrai que j’aime maintenant revenir dans les endroits que j’aime le plus. Mais j'ai encore des rêves de voyages « à la Conrad », des contrées lointaines, de nouveaux horizons... En voyageant aujourd'hui, il y a quand même une chose que je trouve effrayante : où que vous alliez, vous avez ce sentiment de globalisation. On mange pareil, on se loge pareil... Peut-être que cette envie d'évasion qui résiste en moi vient de ce désir de ne pas retrouver nécessairement tout le temps les mêmes choses. Récemment, lorsque j'étais au Sénégal, en pleine brousse, je suis tombé sur des grands panneaux « Orange » ou « Motorola ». C'était incroyable : l'aventure devient plus rare…

 

La situation la plus laborieuse que vous ayez vécue lors d'un tournage à l'étranger ?

V.L. J'ai une grande spécialité : me faire voler mon passeport ! Ca m'est arrivé à Taipei, en Espagne... Il y a eu aussi le tournage de La Plage : on a failli tous se noyer au moment où le bateau sur lequel nous étions, avec tout le matériel, les caméras, s'est renversé... On s'est retrouvé perdus en pleine mer, en se disant qu'il y avait sûrement des requins... Mais heureusement, rien de particulièrement dangereux !

 

 la plage

 

Pour finir, votre « trip » absolu?

V.L. Ce serait de pouvoir rester longtemps au Japon. Grimper en haut du Mont Fuji, puis visiter le reste du pays en prenant mon temps. J'ignore si j'en aurais la patience, mais c'est mon fantasme de voyage absolu !

 

 

L'Armée du crime de Robert Guédiguian avec Virginie Ledoyen, Simon Abkarian... Sortie le  16 septembre.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
Bannière Bannière
Bannière