Share

Johnny Depp

L’enfant terrible du cinema américain !

 

Par Jean-Pascal Grosso

Après l’échec de son dernier film The Tourist, Johnny Depp ne se démonte pas et poursuit sa carrière de comédien sur différents tableaux. Il prête cette fois sa voix au personnage de Rango - film d'animation signé Gore Verbiski - pour ensuite reprendre la mer dans un nouvel opus de la très fructeuse franchise Pirates des Caraïbes, signé Rob Marshall. Désormais « cash-machine » enviée et admirée, le sex-symbol et éternel rebelle d’Hollywood est aussi un amoureux de la France où il passe une partie de l’année en compagnie de notre Vanessa nationale et de leurs enfants.

dead-man

« Qui a vu The Tourist ? » se gaussait l'impayable comédien anglais Ricky Gervais, vitriolesque maître de cérémonie des derniers Golden Globes à Los Angeles. Soudain, Johnny Depp, dandy yankee à moustaches, sorte de Dorian Gray version côte ouest, rit jaune. Après l'ahurissant succès mondial d'Alice au Pays des Merveilles, sa septième collaboration avec son double de metteur en scène Tim Burton, le comédien ne s'attendait peut-être pas à une telle dégelée au box-office international : ce remake d'Anthony Zimmer, thriller avec Sophie Marceau et Yvan Attal, a en effet rapporté 65 M$ sur le marché américain. Un chiffre tout de suite moins impressionnant lorsqu'on sait que le film en a coûté 100 à produire… Pas découragé, Depp avait déjà repris le chemin des studios et la défroque du personnage qui fit de lui - ô gloire des grands studios - un acteur définitivement « bankable » : celle de Jack Sparrow, l'aventurier déguigandé de la série des Pirates des Caraïbes, la très fructeuse franchise Disney. Pirates des Caraïbes – La Fontaine de Jouvence sortira sur les écrans français en mai 2011. Un des nombreux films dans lesquels la star apparaîtra. Car il sera également un journaliste en errance dans The Rum Diary de Bruce Robinson, inspiré d'un roman de son idole Hunter S. Thompspon, un vampire - une nouvelle fois pour Burton dans Dark Shawdows - film tiré d'une série télé mythique américaine, et le magicien d'Oz en personne dans un projet en préparation dirigé par Sam Raimi. En attendant ces très alléchantes sorties, il prête sa voix au personnage principal d'un film d'animation détonnant, hommage direct au western spaghetti, Rango, dans lequel un caméléon gaffeur doit faire régner l'ordre dans une ville de l'ouest aux mains de psitoleros patibulaires ! Bref, un « carnet de bal » très bien rempli. Et que fait le compagnon de Vanessa Paradis, père de deux enfants, lorsqu'il a droit à un peu de repos? Il fuit… notamment direction l’hexagone !

”Les français savent profiter de la vie !”

 

sleepy-hollow-1999-27-g

Un francophile de coeur

Si jamais d'aventure, vous flânez du côté de Plan de la Tour, village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Saint-Tropez, vous aurez peut-être la chance de le croiser chevauchant sa Harley ou à la terrasse d'un d'un de ces petits cafés typiques qui font tant rêver le touriste américain. Johnny Depp, bellâtre immarcescible et solide comédien (il faut revoir Ed Wood ou Las Vegas Parano), a été adopté par la population de ce coin de paradis méridional, baigné par des étés sereins, à l'ombre d'une tour datant du XVIe siècle. « La France m'a permis de vivre une vie paisible” souffle la star de 47 ans. “Ici, pas de paparazzi. Les gens vous saluent sans vous en demander plus et savent profiter de la vie ! ». Loin de la fièvre hollywoodienne, Depp reprend le temps de vivre, s'occupant de ses enfants, Lily-Rose Melody, 11 ans, et Jack John Christopher III, 8 ans, ou de ses vignes et autres plans de tomates, entre deux titanesques tournages de blockbusters. Dix ans que lui et sa compagne Vanessa Paradis, couple über-glamour inlassablemment mitraillé par les mercenaires photographes de la presse mondiale, ont trouvé refuge dans un fermette où, s'enorgueillit l'interprète d'Edward aux mains d'argent et de Sleepy Hollow, « le téléphone ne sonne presque jamais ». Il le concède, cet équilibre, cette initimité chèrement trouvés, il la doit à sa compagne Vanessa Paradis : « C'est elle qui a bouleversé ma vie. Par sa douceur, par son sens de l'écoute, elle m'a appris le bonheur et fait comprendre la plénitude que je pouvais tirer de ma carrière ».

“Sur mon île des Caraïbes, je me sens libre, totalement, immédiatement… Je n’avais jamais rien vu d’aussi beau !”

public ennemies

En route pour les Caraïbes !
Lorsqu'il touche le cachet du premier Pirate des Caraïbes, Johnny Depp s'offre un rêve de milliardaire : une île au coeur des Caraïbes baptisée par ses soins Little Hall's Pond Clay. Ici, dans ce havre de paix du bout du monde, ce sont tous les goûts et la sensibilité de Depp qui s'expriment : “Je n'avais jamais rien vu d'aussi beau”, se rappelle-t-il, la première fois qu'il posa le pied sur une des six plages de sable fin. “Ici, je me sens libre, totalement, immédiatement ». Chaque plage possède son propre nom, comme Brando, Jack, Lily Rose. Ou encore Gonzo, en hommage au style de journalisme imaginé par Hunter S. Thompson, son écrivain et ami disparu en 2005, et dont Johnny narrera, trois ans plus tard, le documentaire-hommage Gonzo : la vie d'Hunter S. Thompson. Facétieux, il est allé jusqu'à installer sur l'île des tables sur lesquelles apparaît la tête de ce dernier ! Et puis, au loin, un autre endroit où Depp aime aller plonger au milieu des poissons exotiques et des bébés requins. C'est Heath's Place, en souvenir d'un autre complice parti trop vite, le comédien austalien Heath Ledger, qu'il remplaça après sa mort dans L'Imaginarium du Docteur Parnassus de Terry Gilliam.

 

Paris, Hollywood, Plan de la tour, les Caraïbes... Gamin, Depp fut élévé, comme il se plaît à s'en souvenir, à la « méthode gitane », changeant, de l'âge de cinq ans à l'adolescence, une quarantaine de fois de maisons avec ses parents. Mais les règles ont change : la petite frappe du collège, aspirant musicien, James Dean à la sauce Brett Easton Ellis, s'est mué en superstar dont les anciens professeurs d'école, qui l'ignoraient cruellement dans sa jeunesse, lui demandent aujourd'hui des autographes. Adulée, convoitée, pourchassée… de quoi à nouveau péter les plombs ! Mais, encore et toujours, Vanessa veille « Avec elle, je sais que je peux continuer à vivre loin des studios tout en restant dans le jeu ». Pourtant, Johnny Depp, artiste globe-trotter et désormais richissime, ne cache une grande frayeur : celle de l'avion ! « A chaque décollage, je redeviens croyant. Je prie. Et durant toute la durée du vol, je ne cesse de penser qu'un petit rien peut m'entraîner au sol ».

pirates des carabes

”L’argent m’a permis de m’offrir le luxe de l’intimité, une vie presque normale pour moi et ma famille…”

 

L’enfant terrible d’Hollywood s’est assagi…

Il est loin le temps où Johnny Depp se voyait refuser par la Warner le rôle principal de Matrix parce que pas encore assez “bankable”. Loin également l'époque où, compagnon de la borderline Winona Ryder ou de l'incorrigible Kate Moss, il détruisait ses chambres d'hôtel à la recherche d’une rock'n roll attitude un peu désuette. Aujourd'hui, les commères de Hollywood surveillent les rares apparitions du couple qu'il forme avec Vanessa Paradis sur les tapis rouges, donnant leur avis, suavement spirituel, sur leur look et le styliste qu'ils ont adopté pour l'occasion. Johnny Depp, grâce aux bons soins de Jack Sparrow (l'opus Le Secret du Coffret Maudit à dépassé le milliard de dollars au box-office mondial !) est devenu une comédien résolument “rentable”. Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton aura enfoncé le clou. Un clou en or massif !

Partageant désormais sa vie entre Los Angeles – il y a aurait acheté l'ancienne demeure de l'acteur mythique de film d'horreur Bela Lugosi -, la France et les Caraïbes, il mène une vie de saltimbanque de luxe, heureuse et en famille. Son cachet sur le film de Burton aura été de 50 million de dollars. « Cet argent m'a permis de m'offrir le luxe de l'intimité, à moi et à ma famille, une vie presque normale. C'est vrai que je peux m'acheter aujourd'hui tout ce dont j'ai envie. Mais je rêve avant tout de simplicité. Vous êtes toujours sous les projecteurs, surveillés. Et vous vous sentez en déséquilibre : les gens qui viennent vers vous en disant « Je sais tout de vous! », eux, vous ne les connaissez pas ».

the tourist 2

“La paternité m’a révélé qui j’étais vraiment…”

Alors Johnny Depp, le pirate adulé des écrans, père aimant (« La paternité m'a révélé à moi-même. C'est à ce moment-là que j'ai découvert qui j'étais vraiment » reconnaît-il), artiste sensible, profite de ses divers refuges pour s'autoriser des petits plaisirs : la lecture, la guitare et la peinture. “J'adore peindre des visages”, confesse-t-il, “surtout les yeux… J’aime chercher l'émotion qui se cache derrière un regard…» Une quête qui le mène au-delà des mirages d'Hollywood et des flots bleus du monde entier. Johnny Depp, baroudeur chic et insatiable.

 

Rango de Gore Verbinski, sortie le 23 mars 2011.

Les Pirates des Caraïbes – La Fontaine de Jouvence, sortie le 18 mai 2011.


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
Bannière Bannière
Bannière