Interviews / Portraits
Share

 

LA DOLCE VITA CORSE DE ZABOU BREITMAN

 

Interview : Alexandre Arditti
Photos : Philippe Schaff

 

IL Y A DIX ANS, ELLE MARQUAIT LES ESPRITS AVEC UN MAGNIFIQUE PREMIER FILM, SE SOUVENIR DES BELLES CHOSES. DEPUIS, ELLE EST L’UNE DES ACTRICES ET RÉALISATRICES LES PLUS APPRÉCIÉES DES FRANÇAIS. C’EST À OLMETO, EN CORSE DU SUD, DANS LE CADRE IDYLLIQUE DE L’HÔTEL MARINCA & SPA, QUE LA PÉTILLANTE ZABOU BREITMAN A POSÉ SES VALISES AVEC SA FILLE ANNA, LE TEMPS DE QUELQUES JOURS DE VACANCES BIEN MÉRITÉS. POUR VOYAGES & HÔTELS DE RÊVE, ELLE REVIENT SUR LES VOYAGES DE SA VIE, SES COUPS DE CŒUR ET SON BONHEUR DE DÉCOUVRIR POUR LA PREMIÈRE FOIS L’ÎLE DE BEAUTÉ. FACE À LA GRANDE BLEUE, RENCONTRE AVEC UNE ARTISTE INSPIRÉE.

marinca 116

Êtes-vous une grande voyageuse ?

Zabou Breitman : Oui vraiment, et depuis toute petite. Ma mère est québécoise donc lorsque j’étais enfant, nous allions au moins deux fois par an au Canada. Plus tard, je me suis mise à voyager avec les films. J’y ai pris goût malgré ma peur en avion. Pour me soigner, j’ai dû passer pas mal de temps dans les cockpits au moment des décollages et des atterrissages ! Avec Unifrance – l’organisme chargé de la promotion du cinéma français à l’étranger – j’ai également eu la chance de faire plusieurs très beaux voyages pour représenter mes films. J’étais par exemple récemment à Rome mais je suis également allée à Yokohama au Japon, à Shanghai en Chine... Quand mes enfants étaient plus jeunes, nous partions tous les ans découvrir un nouveau pays. Du coup, ils ont attrapé le virus et sillonnent la planète depuis de nombreuses années. Ma fille Anna, vit désormais à New York.

Pourtant c’est votre premier voyage en Corse...

ZB : C’est vrai ! C’est assez incroyable en effet car c’est à seulement deux heures de Paris, et pourtant l’occasion ne s’était jamais présentée. J’ai des amis corses, mais finalement c’est un peu comme les Parisiens qui ne visi- tent pas la Tour Eiffel, on part parfois en vacances au bout du monde, en oubliant qu’ici aussi, des merveilles nous tendent les bras. En tout cas, je suis vraiment ravie de découvrir la Corse, c’est aussi beau que ce que j’imaginais, ces petites criques, ces reliefs escarpés, cette nature dans tous ces états, ce calme et cette mer d’un bleu... C’est si sauvage qu’on pourrait se croire au bout du monde !

marinca 207

Quels sont les voyages et les pays qui vous ont le plus marqués ?
ZB : La Nouvelle-Calédonie, une terre très sauvage, avec notamment une région fabuleuse appelée la Côte Oubliée ; La Réunion, toujours pour le côté très sauvage. Là-bas, on se croirait presque dans Jurassic Park avec ces fameux cirques volacniques, ces cascades ; l’Islande avec ses volcans noirs et ses paysages incroyables ; le Canada bien sûr puisque je suis à moitié québécoise ; sans oublier les États-Unis que j’aime beaucoup, surtout le Grand Ouest, San Francisco, les grands parcs nationaux, le lac Powell, Bryce Canyon, Yosemite Park, le Grand Canyon... Je suis très fan de nature comme vous l’avez compris ! Du côté de l’Asie, j’ai beaucoup aimé le sud de la Thaïlande, mais aussi la Chine pour ses méga- lopoles impressionnantes et pleines d’énergie. Enfin, j’ai eu un coup de cœur pour l’Éthiopie bien sûr, car je l’ai découverte dans des conditions incroyables avec Frédéric Lopez dans le cadre de l’émission Rendez-vous en Terre Inconnue.

marinca 177

Justement, parlez-nous de cette expérience dans Rendez-vous en Terre Inconnue...
ZB : Je ne connaissais pas l’émission lorsque Frédéric Lopez me l’a proposée il y a plus de deux ans. Après l’avoir visionnée, je me suis dit : pourquoi moi ? Quelle chance d’être choisie ! « C’est la personne qui m’inté- resse » m’a répondu Frédéric. La seule condition pour partir était de parler anglais et d’être une femme pour cet épisode en particulier, mais impossible de savoir à l’avance dans quel pays. J’ai dû essayer des vêtements polaires comme des maillots de bain ! J’ai eu peur jusqu’au bout que l’émission soit annulée tellement j’étais excitée par ce projet. Que ce soit avant le départ ou sur place, j’étais totalement en confiance avec Frédéric et l’équipe de tournage si bien que je n’ai absolument pas eu de craintes ou d’appréhension. Et pourtant, je suis plutôt peureuse ! Deux ans après ma rencontre avec l’Éthiopie et mes amis de la tribu Nyangatom, je suis encore émerveillée d’avoir pu vivre une telle expérience. J’ai tout de suite eu conscience de vivre un moment unique !

marinca 344

Selon vous, pourquoi cette émission rencontre-t-elle un si vif succès ?
ZB : C’est une émission intelligente. En outre, le fait que l’on reste sur place deux semaines est très important. C’est parce que l’on reste aussi longtemps que tout d’un coup, on sent qu’il se passe quelque chose. Soudainement, ces gens, ces tribus qui semblent sortir tout droit d’un livre d’images deviennent vos voisins de palier ! L’émission rapproche les êtres humains et c’est pour cela qu’elle est autant appréciée. Bien sûr, les personnalités sont un vecteur qui sert à amener le public vers l’émission, mais les vraies stars sont sur place, avec des personnages exceptionnels à chaque fois. J’aimerais bien retourner en Éthiopie avec mes enfants pour leur faire partager cette expérience hors du commun durant quelques jours, mais pour l’instant il y a des problèmes politiques dans la région et il faut attendre que ça se calme avant d’envisager pouvoir leur rendre visite.

Quels sont aujourd’hui les pays que vous rêvez de visiter ?
ZB : Je prévois de me rendre prochainement au Cambodge, puis pourquoi pas au Vietnam, et en Inde dans la région du Kérala pour un séjour ultra zen autour du yoga et de l’Âyurveda !

marinca 256

Votre fille vit aujourd’hui à New York, est-ce pour vous l’occasion d’y faire de fréquents séjours ?
ZB : Oui, c’est l’occasion pour moi de lui rendre visite entre deux pièces. Pour l’instant, elle envisage sa vie là- bas et démarre une carrière de chanteuse prometteuse (sous le nom de Kiddo ndlr). Parfois, je me dis aussi que j’irais bien passer une année à l’étranger, pourquoi pas à Rome car j’aime infiniment cette ville. Je me sens particulièrement bien en Italie.

Et en France, où partez-vous vous ressourcer pour déconnecter de la vie parisienne ?
ZB : Sans hésitation, le bassin d’Arcachon. C’est mon refuge, j’y allais déjà avec mes parents quand j’étais petite et je m’y sens chez moi.

marinca 299

Nous sommes à l’hôtel Marinca & Spa à Olmeto, dans le sud de la Corse où vous passez quelques jours de vacances. Qu’est- ce qui vous a séduit dans cet établissement ?
ZB : Outre sa situation exceptionnelle face à la mer, j’aime les petites criques si tranquilles qui baignent l’hôtel. On dirait qu’elles sont privées. J’ai également apprécié le spa privatisé pour les clients, c’est rare et très agréable. On peut à la fois profiter de la piscine, du hammam, puis s’accorder un massage en toute tran- quillité. Les masseuses ici sont particulièrement douées et en terme de massages, je m’y connais ! Côté table, le chef nous régale avec une carte très gourmande. Quant aux vins corses, j’ai également été ravie de pouvoir découvrir de très jolis crus que je ne connaissais pas ! Enfin, la suite avec le jacuzzi extérieur est très agréable et offre une vue panoramique à couper le souffle sur le golfe de Propriano, j’adore !

Finalement, pour vous, le luxe, c’est quoi ?

ZB : Pour moi, ce n’est pas forcément lié au confort. Bien sûr, c’est agréable, mais pour moi, le luxe c’est plutôt un moment spécial, avoir la chance de pouvoir admirer un paysage unique, avec des oiseaux que l’on n’a jamais vus, déguster un plat que l’on n’a jamais mangé, bref, une évidence, un petit supplément d’âme...

marinca 136

Quand vous préparez un film, comment choisissez-vous les lieux de tournage ?
ZB : Lorsque j’écris, je n’ai pas forcément d’idées pré- conçues au départ. Ça vient plutôt par petites touches avec des images, des couleurs, des sensations... Les repérages et le choix des différents lieux de tournage interviennent plus tard dans le processus de création.

On vous verra cet été puis à l’automne à la télévision, mais aussi au théâtre et au cinéma. Cette effervescence semble vous correspondre...

ZB : Absolument, l’année 2013 est d’ailleurs assez représentative de mon rythme naturel. Comédie, mise en scène ; théâtre, télévision, cinéma : j’aime passer de l’un à l’autre. Je suis à l’affiche du film Le Grand Méchant Loup avec Benoit Poelvoerde et Kad Mérad (sortie le 10 juillet ndlr), qui jette un regard à la fois drôle et piquant sur le couple. Un film à l’humour plutôt britan- nique où je joue une bourgeoise insupportable, rigide et un peu lionne côté chambre à coucher... dans un contexte où le grand méchant loup représente la ten- tation ! Je suis également sur scène durant tout le mois de juillet au Festival d’Avignon, au théâtre du Chêne Noir, où je reprendrai ma pièce La Compagnie de Spectres, tirée du roman de Lydie Salvayre, et où j’aurai également le plaisir de mettre en scène Le Journal de ma Nouvelle Oreille de et avec Isabelle Fruchart. C’est la première fois que je joue à Avignon et j’en suis vraiment ravie ! Enfin, je prépare la mise en scène du Système Ribadier de George Feydeau qui sera jouée à la Comédie Française au théâtre du Vieux Colombier. Côté cinéma, je travaille sur un long métrage. En ce moment, je trouve que les films sont de plus en plus difficiles à monter, surtout lorsque les sujets sont un peu hors cadre. Aujourd’hui, on est tout de même plus libre au théâtre. ■

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 20
Bannière Bannière
Bannière