Share


Atlantis The Palm, Dubai

          

                                                            Bienvenue à Kerzner Land !

 

 

Par Jean-Pascal Grosso


Nouveau fleuron du groupe hôtelier mené tambour battant par l'ubiquiste Sol Kernzer, l'Atlantis The Palm veut révolutionner le concept du tourisme
au Moyen Orient. Rien que ça !


atlantis2


« Je suis certain que nous allons avoir autant de succès ici qu'aux Bahamas ! ». Confiant, Sol Kernzer, 73 ans, n'en démord pas : l’ouverture de
son nouvel hôtel, L'Atlantis The Plam, ne peut qu'être couronnée de succès. Le tycoon sud-africain de l'hôtellerie a relevé un lourd défi de 1,5 milliard
de dollars en reproduisant à Dubaï la formule fructueuse qu’il avait introduit aux Caraïbes il y a maintenant 14 ans : 1539 chambres, une parc de jeux
aquatiques, une « Dolphin Bay » où les visiteurs pourront approcher et toucher ces si sympathiques mammifères et, clou du spectacle, un aquarium de
11 millions de m3 d'eau construit au coeur même de l'hôtel…

 

 poseidon suite 6

Démesure à l’orientale

Un complexe démesuré avant tout destiné - ses instigateurs le concèdent sans rechigner - à une clientèle aisée venue de Chine, de Russie et, bien entendu, du Moyen-Orient. Les Américains habitués de l'Atlantis des Bahamas feront-ils le voyage? Le mystère reste entier, mais à l'aune de cette architecture d'un kitsch résolu qui n'est pas sans rappeler Las Vegas – de la galerie marchande d'un luxe débordant traversant l'hôtel, des étonnants aquariums à piranhas ou à murènes de The Lost Chambers, « attraction » qui rend hommage au mythe de l’Atlantide – il y a de quoi assurément captiver les famille avides de « trips » façon Disney et autres amateurs de resort poids lourd.

 

Certes pour savourer l’endroit, il faudra faire abstraction du bigarré des moquettes et des rideaux, de la rutilance rococo des couloirs tout de marbres ornés et d’une certaine munificence loin de faire dans la nuance. Mais Kerzner connaît son métier – il n’a plus à le prouver – et parvient à séduire grâce à des atouts que ce joueur passionné garde toujours sous la manche : deux suites
époustouflantes (la Neptune et la Poséidon dont les fenêtres donnent directement sur l’Ambassador Lagoon,  l’aquarium géant !), des tables de renom et des infrastructures (un kid’s club ultra-moderne, le Blue Rush, un dancing pubéral…) qui raviront les plus jeunes, des petits aux ados !

 

Point de vue gastronomie, pas moins de 17 restaurants se partagent le site, dont 4 étoilés : la French Brasserie de Michel Rostang et son atmosphère parisienne expurgée, le très zen Nobu pour les amateurs de cuisine nippone raffinée, la Ronda Locatelli du chef italien Giorgio Locatelli volontairement orientée « past & pizza » et l’Ossiano qui accueille, dans un cadre très « néo-Jacques Garcia », la cuisine ibérique de Santi Santamaria.

 

The Palm, cette avancée sur la mer, projet immobilier unique au monde, se devait d’abriter un resort hors-norme. C’est désormais chose faite grâce à la volonté d’un homme et de son puissant groupe hôtelier. Mais le phénomène Atlantis prendra-t-il à Dubai? Faîtes vos jeux !

 

the palm

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
Bannière Bannière
Bannière