Share

 

Océan, terroir, art de vivre…


L’Aquitaine en 3 étapes vivifiantes et gourmandes !


Par Muriel Azarian

 

Crise oblige, nombre de français opteront cette année pour des vacances d’été dans l’hexagone. Et finalement, ça tombe bien car c’est l’occasion de découvrir ou redécouvrir nos belles régions. Trop fréquentée, la Côte d’Azur ? Trop humide la Bretagne ? Trop tranquille, la montagne ? Cet été, mettez le cap à l’ouest ! Patrimoine, art de vivre, art de vivre et plages immenses, l’Aquitaine n’a pas fini de nous livrer tous ses secrets. Suivez-nous pour une petite escapade en trois étapes depuis Bordeaux jusqu’à la Côte Basque, en passant par le Bassin d’Arcachon et le toujours très tendance Cap Ferret. Vous sentez déjà le bon air de l’océan ?


 bassin darcachon vu du ciel

 

Proclamée « pays des eaux » - « aquitan » en latin - par Jules César lui-même, l’Aquitaine n’a pas hérité de ce nom par hasard. Avec 270 km de côte, de l’estuaire de la Gironde à la frontière espagnole, elle offre aux vacanciers un terrain de jeu idéal entre riche patrimoine, superbes terroirs, stations balnéaires attractives et spots de surf réputés.

 

Etape n°1 : Bordeaux

Un nouveau visage encore plus séduisant

L’histoire de Bordeaux s’est de tout temps confondue avec celle de son fleuve. Ancien comptoir de commerce entre les ports gaulois de la Loire et la République romaine, elle connaît au XVIIIème siècle un véritable âge d’or grâce au commerce triangulaire vers l’Afrique et les Antilles. La place Royale (actuelle place de la Bourse dotée depuis peu d’un sublime miroir d’eau), le Grand Théâtre ou les allées de Tourny témoignent de cette période. Superbement réhabilités depuis peu, ses quais se sont offerts une seconde jeunesse. Les somptueuses demeures du XVIIIème siècle ont retrouvé toute leur superbe et les quais toute leur animation, notamment grâce aux pistes cyclables et aux restaurants ouverts sur la Garonne qui ont fait revenir les promeneurs. A découvrir notamment lors de « mini croisières ».

Le vieux Bordeaux – classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco - se visite quant à lui à pied au gré de ses quartiers : Saint Pierre, situé à l’emplacement même de l’ancien port gallo-romain Burdigala, riche en maisons Louis XV décorées de mascarons et balcons de pierre et fers forgés ; Saint Michel, bâti autour de la basilique de style gothique, Sainte Eulalie, ancien point de départ vers Compostelle, riche en couvents… Mais aujourd’hui, c’est plutôt la route des vins que l’on emprunte… Médoc, Saint-Emilion, Pomerol, Margaux, Pauillac, Saint-Estèphe… Autant d’appellations que l’on ne présente plus et qui sont aussi de superbes villages à visiter, entre châteaux d’époque et vignobles d’aujourd’hui.

 

 La bonne table à essayer : Le Café du Musée, 7 rue Ferrer, 33000 Bordeaux


 bordeaux_grand_theatre

 

Etape n°2 : Bassin d’Arcachon, Cap Ferret

Vacances écolo-chic entre terre et océan

 

Ancien quartier de la Teste de Buch constitué de quelques cabanes de pêcheurs et de résiniers, Arcachon est proclamée station balnéaire en 1857 par décret impérial. Très vite, la ville se forge une réputation mondaine. On y construit un château qui deviendra un fameux casino. L’arrivée du chemin de fer, la mode des bains de mers et l’odeur balsamique des pins finira de convaincre la bonne société - jusqu’aux têtes couronnées - de s’y implanter… A quelques kilomètres de là, Pyla-sur-Mer cache de magnifiques villas disséminées parmi les pins, dont la villa Téthys construite en 1927 par l’architecte Roger Expert dans le style Art déco. Mais c’est la dune du Pyla qui retient le plus l’attention. Elevée à plus d’une centaine de mètres de hauteur sur 2,7 km de long et 500 m de large, cette curiosité naturelle impressionne par ses dimensions : près de 60 millions de m3 de sable au total ! Un terrain de jeu idéal, après l’escalade, pour s’élancer en parapente ou se laisser rouler jusqu’à l’océan. Côté plages, deux options : soit l’Atlantique où les rouleaux font le bonheur des surfeurs, soit la tranquillité du Bassin d’Arcachon, idéale pour les familles avec enfants en bas âge. Telle une mer intérieure, le Bassin d’Arcachon s’étale sur 155 km2 à marée haute et seulement 40 à marée basse. Situé à l’entrée du Bassin, le banc d’Arguin est une île sableuse accessible en bateau qui se modèle au gré des vents et des vagues, devenue terre d’élection des oiseaux de mer, notamment des rarissimes sternes caugeck, et des pique-niqueurs en été. Sur l’île aux Oiseaux, réserve naturelle protégée entourée de parcs à huîtres, aigrettes, poules d’eau et sarcelles évoluent dans un décor sauvage de landes et de bruyères qui varie en fonction des marées. Dressées sur leurs échasses, ses deux cabanes tchanquées veillent sur le Bassin. Au parc ornithologique du Teich enfin, à la pointe sud du Bassin, ce sont les rouges-gorges qui sont maîtres des lieux. D’Arcachon, on « prend la pinasse pour en face », à savoir la presqu’île de Lège Cap Ferret – le Ferret pour les intimes – qui combine jalousement luxe, calme et authenticité, entre sentiers sauvages, pinèdes et villas typiques. Du haut de ses 53 mètres et 258 marches, le phare du Cap offre une vue d’ensemble sur tout le Bassin : parcs ostréicoles, dune du Pyla, océan, forêt de pins et villages alentours.

 

 La bonne table à essayer : L’Ô d’Ici, 62 avenue de l’Océan, 33 950 Lège-Cap-Ferret, Tél : 05 57 70 59 13, www.odelha.fr


 bassin_d27arcachon_-_cabanes_tchanquc3a9es

 

Etape n°3 : La Côte Basque

Nature et authenticité en Euskadi

 

A cheval sur la France et l’Espagne, le littoral basque alterne d’Anglet à Bilbao plages de sable blanc et falaises rocheuses plongeant brutalement dans l’océan. Depuis que l’Impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III, y a popularisé les bains de mer, Biarritz a définitivement abandonné son statut de simple village. Son littoral accidenté offre d’étonnantes promenades avec sa corniche escarpée, ses plages sportives, son Port des Pêcheurs et ses villas cossues de styles divers : art nouveau, art déco... Quant à la pratique du surf qui en a fait l’un des spots les plus réputés de la planète, elle lui a incontestablement insufflé une seconde jeunesse, surtout à l’heure estivale.

 

st jean de luz 2

 

A Saint-Jean-de-Luz, l’ambiance est plus tranquille, plus familiale aussi. Protégée par une digue, la plage y est moins sauvage. On y déambule paisiblement le long du front de mer qui s’étend sur près de 2 kilomètres mètres. L’intérieur du pays mérite aussi le détour. Sur les flancs de la Rhune, des dizaines de pottocks - petits poneys basques - regardent passer le train à crémaillère qui hisse les touristes au sommet. A Sare, où siègent de superbes maisons labourdines du XVIIème siècle, les « pelotaris » jouent toujours à main nue au Trinquet. A Espelette, les façades à pignon se parent des plus belles guirlandes de piments rouges. A Arcangues, théâtre de nature et de pierres, l’église St Jean Baptiste de l’Uhabia abrite l’émouvant cimetière en terrasses où repose Luis Mariano. Pensant faire ici simple étape, Loti fut quant à lui vite conquis par cette terre « où s’assemblent tous les éléments de beauté de la nature : la mer et la montagne, les variations infinies de la lumière, les champs et les forêts, les verts pâturages et les landes roussies ». On le comprend aisément !

 

 La bonne table à essayer : Chez Pablo, 5 rue Mademoiselle Etcheto, 64500 Saint-Jean de Luz, Tél : 05 59 26 37 81


 pays basque2

Pour en savoir plus

Office du Tourisme de Bordeaux : www.bordeaux-tourisme.com

Office du Tourisme d’Arcachon : www.arcachon.com

Office du Tourisme de Lège-Cap-Ferret : www.lege-capferret.com

Office du Tourisme du Pays Basque & Béarn : www.tourisme64.com

Comité Régional de Tourisme d’Aquitaine : www.tourisme-aquitaine.fr.

Guide Aquitaine, éditions Petit Futé, 11 €.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
Bannière Bannière
Bannière